Agrandir le texte

A | A+ | A+

Le 02 novembre 2010

DON D'ORGANES

                     DON D'ORGANES


Pourquoi est-ce si important d'en parler ?

En matière de don et de greffe d'organes, la loi française prévoit que la volonté
du défunt prime sur toutes les autres.
Mais faute d'en avoir parlé ensemble , des familles touchées par le deuil brutal
d'un être cher se trouvent chaque année dans la situation difficile de décider au nom
de leur proche.
Des moments douloureux pour les parents , les amis.


Que nous soyons pour ou contre le don de nos organes, notre choix doit être connu de nos
proches pour les aider dans des circonstances difficiles.
Cela peut aussi sauver des vies.

Pour prendre position, il faut savoir.


         Un nombre croissant de malades en attente de greffe

La greffe d'organe, c'est le remplacement d'un organe défaillant par
un organe sian, appelé greffon.
En 2004, 11 500 personnes ont eu besoin d'une greffe d'organes pour continuer à vivre.
Ce nombre augmente chaque année du afit de l'allongement de la durée de vie mais aussi du fait
d'un manque de greffon.
La même année, 3 948 personnes ont pu  bénéficier de la greffe dont elles avaient besoin et 260 malades
sont décédés faute de greffons.


         Le prélèvement d'organes n'est possible que dans des conditons exceptionnelles

Seules les personnes décédées en état de mort encéphaliques dans un service de réanimation peuvent être
prélevées.
Elles sont peu nombreuses: en 2004, 2 5151 personnes ont été recensées en état de mort encéphaliques.
Et 1 291 ont été effectivement prélevées.

Qu'est-ce que la mort encéphalique?

Suite à un accident vasculaire cérébral ou un traumatisme crânien, le cerveau peut être immédiatement détruit.
C'est la MORT ENCEPHALIQUE. Lorsque cela se produit à l'hôpital, il est possible de maintenir artificiellement
l'activité cardiaque et la respiration pour préserver les organes et permettre le prélèvement, puis la greffe, mais
ce maitien ne peut durer que quelques heures.


Quels organes greffe-t-on?

En 2004, en France, 2 423 greffes de reins, 931 greffes de foie, 317 greffes de coeur, 145 greffes de poumons,
103 greffes de pancréas, 22 greffes de coeur-poumons, et 7 greffes d'intestins ont été réalisées.
Des tissus sont également greffés, notament les cornées avec plus de  4000 greffes.


Que dit la loi?

Les trois grands principes de la loi de bioéthiques sont le consentement, la gratuité du don et l'anonymat
entre le donneur et le receveur.

- Principe du consentement présumé: après sa mort, toute personne est considérée consentante au don d'éléments de son corps en
vue de greffe, si elle n'a pas manifesté son opposition de son vivant. La loi nous donne donc la liberté de décider personnellement.
En cas de décès, le médecin demandera aux proches si le défunt était opposé au don d'organes.

-Gratuuité: le don d'organes est un acte de générosité et de solidarité entièrement gratuit. La loi interdit toute rémunération en contrepartie
de ce don.

-Anonymat: le nom du donneur ne peut être communiqué au receveur, et réciproquement.La famille du donneur peut cependant être
informée des organes et tissus prélevés ainsi que du résultat des greffes, si elle le demande.


Comment exprimer son choix?

SI VOUS ETES POUR le don d'organes ou de tissus en vue de greffe:

-Dites-le à vos proches pour qu'ils puissent en témoigner.
-Portez sur vous une carte de donneur.

SI VOUS ETES CONTRE le don d'organes ou de tissus en vue de greffe:

-Dites-le à vos proches pour qu'ils puissent en témoigner.
-Demandez votre inscription au registre national des refus.

Ce registre est obligatoirement interrogé avant d'envisager un prélèvement.
Vous pouvez à tout moment revenir sur votre décision. L'inscription est
individuelle et possible dès l'âge de 13 ans.
Le formulaire doit obligatoirement être signé par l'intéressé et accompagné
de la photocopie d'une pièce d'identité.

SI JE N'AI PAS FAIT CONNAITRE MA DECISION?

En cas de décès, vos proches seront confrontés à une décision difficile et à
une lourde responsabilité car les médecins leur demanderont si vous étiez
opposé au don.C'est souvent parcequ'ils ignorent la volonté du défunt que,
dans le doute, les proches s'opposent au don d'organes ou de tissus.